mardi 30 novembre 2010

Les voisins - il s'en va !

Je l'avais rêvé. Non, vraiment. Il y a deux nuits, je me souviens, une scène où il était là, ouvrant la porte du hall et déménageant loin d'ici. Mon voisin nous quittait dans ce rêve magique, qui semblait si réel...

Et hier, en fin d'après-midi, j'entendais ma proprio qui faisait visiter son appartement, annonçant assez fort pour que je l'entende qu'il partait pour le début d'année. Une parole incroyable, qui fit jaillir en moi un sentiment contrasté... D'abord, la joie d'apprendre qu'il se barrait enfin. Pour de vrai, comme dans mon rêve prémonitoire! Fini les nuits blanches, les étranges sensations et les cris de jouissance ailleurs que dans mon plumard. Fini les soirées à râler contre lui, fini les billets sur ce blog pour vous raconter tout ça. Soulagement. Joie. Et pourtant, frustration.

Frustration de ne plus pouvoir se moquer de lui en ces lignes, en croisant les doigts pour avoir de nouveaux voisins moins chiants mais aussi inspirants. Frustration aussi parce qu'il quitte l'immeuble avant moi. Alors que je devrais encore patienter au moins un an, il aurait « acheté une maison mais s'il n'y arrive pas, il retournera chez sa maman », d'après la proprio.

Bah oui, mon voisin, il croit qu'acheter une maison, c'est comme acheter une baguette: il suffit d'aller au magasin. Connaissant le gaillard, il aura été chez le notaire ou dans une agence, pris une maison de résidence près d'une cité arrageoise pour continuer ses tags en ville à un prix qui ne reflète que la moitié du prix des travaux qu'il faudra y faire, et prié pour que sa femme, qui travaille, gagne suffisamment d'argent pour lui permettre d'acquérir ce bien. Il doit aussi se tromper sur les délais nécessaires à l'acquisition. Et sur le fait que le banquier regardera aussi ses propres revenus, qui se limitent à... pas grand chose de plus que ce que lui donne sa môman. A moins qu'il n'aie un CDD (qui le fasse commencer à 10h du mat et finir à 16 avec 2 heures de pause déjeuner?)! Bref, le fait qu'il ait dit qu'il « n'y arriverait pas » peut sous-entendre bien des choses, mais comme il a donné son préavis... Tout ça me laisse perplexe, et donc, partagé entre joie et frustration.

Mais quelquepart, je crois que c'est au Coucou qu'il manquera le plus! Et le plus bizarre, c'est que je l'avais rêvé...


Wikio

6 commentaires:

  1. Tu vas manquer de sujets pour le blog.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. si tu fais des rêves prémonitoires fais toi embaucher par les politiques avant les campagnes électorales, ça les aidera ;))

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai qu'il va me manquer, ton voisin. Je l'aimais bien, vu de loin. Mais c'est un peu comme les filles: un de perdu, dix de retrouvés, non ?

    RépondreSupprimer
  6. P-S je veux dire : un nouveau voisin puissance 10, bien sûr !

    RépondreSupprimer

Hop, on met un p'tit mot pour suivre le débat ou encourager le mec qui passe son temps à taper ces lignes, mais surtout: on s'identifie ! Ici ne sera plus accepté de commentaire anonyme, alors la moindre des choses est de se trouver un pseudo rigolo.
Ne mettez rien de désobligeant, vulgaire ou irrespectueux et n'insultez pas les autres commentateurs. Merci !