mercredi 15 novembre 2006

Mon abri côtier

Hier soir, je tombais par hasard sur l'émission proposée par M6 : Recherche appartement ou maison. Outre le fait que le titre ne soit pas racoleur mais très explicite, je restais sidéré et écoeuré par les sommes d'argent que pouvaient proposer les gens qui cherchaient un maison. Sur cinq cas, seul un couple de la région de Valenciennes était plafonné à 110 000 euros. Ce qui correspond sensiblement à la moyenne envisagée par la plupart des couples que je connais, et qui souhaitent devenir propriétaires. Et résultat : ils tombent sur un agent de recherche à l'air filou, roublard et peu digne de confiance, qui leur fait visiter des maisons à l'air triste, étroites, et pour la plupart prêtes à s'écrouler. Finalement, le couple achètera une fermette en ruine, d'une surface plus que convenable avec un jardin, mais dont les murs ne semblent tenir debout que par magie.
Parlons rapidement des autres : plus de moyens, donc plus de choix. Le vieux riche obtient un appartement de luxe à deux étages, pour 600 000 euros, siouplé. Les autres achèteront des maisons ou apprtements à hauteur de 300 000 euros. Et la triplette de mecs se verra rembarrée : on a pas idée à 27 ans de vouloir s'installer entre copains dans un petit appartement !
Bref, on peut constater que l'accession à la propriété est un réel problème de nos jours. Inutile d'en rappeller les causes, on va mettre ça sur le dos de la conjoncture. C'est même inquiétant pour l'avenir. Evidemment, je ne nie pas qu'on puisse acheter un appartement de 50m² plus que correct autour de 80-100 000 euros. Mais pour un bien de 70m²( minimum), quel qu'il soit, c'est beaucoup plus dur. Rappelons que la moitié des français vit avec un SMIC par personne. A la banque, ils rient au nez de celui qui veut faire un emprunt immobilier et qui se pointe avec sa fiche de paie de smicard. Du coup, on constate un nouveau phénomène. De plus en plus de couples décident de rester locataires à vie, quitte à toujours verser un loyer "dans le vide", parce qu'ils ne parviennent pas à obtenir la somme nécessaire à l'acquisition d'un bien. Ces gens profitent certes bien mieux de la société de loisirs, mais n'accèdent jamais vraiment à la vie rêvée...
Moi, mon rêve, c'est une jolie petite maison, parée de briques. Avec des volets, une cheminée, au moins 4 chambres et 2 salles de bains, pour y loger ma petite famille, dans un coin calme de la campagne, à l'orée des villes. Y'aurait même un sous-sol avec un coin cave à vin, et une petite salle de sport. Et un jardin ! Ouais, un jardin, avec un cerisier. Tout ça, c'est dans mon rêve. Rien que mon rêve. Et celui de bien des gens.

8 commentaires:

  1. Des petites réactions...

    50 m² pour 80/100 000 euros, je demande à voir, c'est certainement pas à Lille ni même à Arras que ça se trouve :-|

    4 chambres, 2 salles de bain, la "petite famille" : oh t'as fini par céder ? ;-)

    Ceci dit on peut aussi se dire qu'être locataire n'est pas si mal, c'est la liberté, tu ne constitues aucun patrimoine mais au moins tu ne t'engages pas, en contre partie de quelques contraintes.

    RépondreSupprimer
  2. si si, on trouve à Arras, pourvu qu'on soit pas difficile (surtout dans certains quartiers chauds). Pour la famile, comme je dit : c'est un rêve : est-il bon d'y accéder?
    Et puis les contraintes du locataires côté aménagement sont compensées par la prise en charge du réseau d'eau (plomberie), par exemple. Donc, à balance équitable...

    RépondreSupprimer
  3. Tu n'as certes pas à faire la plomberie en tant que locataire mais un détartrage de chauffe eau et une visite annuelle te sont imposés malgré tout.

    RépondreSupprimer
  4. Parcours de l'étudiant(e) à Paris qui recherche un logement parce qu'il n'a pas été accepté à la résidence.
    - Il est mignon ce petit studio. C'est quoi la surface?
    - 15 m².
    - Et le loyer?
    - 540€, charges comprises, mais sans l'électricité.
    - Et si on s'engage à rester 3 ans, vous pouvez faire un geste.
    - Je peux descendre à 520, mais c'est tout ce que je peux faire.
    Et là, on réfléchit très fortement si finalement, la vie chez ses parents était vraiment insupportable.

    RépondreSupprimer
  5. 15 m² ! De quoi regretter la vie en résidence universitaire, non?

    RépondreSupprimer
  6. J'avais 15 m² pour mon 1er appart à Arras, j'ai pas tenu longtemps dans ce clapier ;-)

    PS : Détartrage et visite annuelle pas forcément compris dans les charges, du moins ça ne l'était pas dans les miennes.

    RépondreSupprimer
  7. Grand luxe la résidence universitaire: J'ai gagné en surface (18m², le luxe intégrale) et en population: une co-chambre surprise! On sous-estime vraiment la chance de la chambre chez ses parents.

    RépondreSupprimer

Hop, on met un p'tit mot pour suivre le débat ou encourager le mec qui passe son temps à taper ces lignes, mais surtout: on s'identifie ! Ici ne sera plus accepté de commentaire anonyme, alors la moindre des choses est de se trouver un pseudo rigolo.
Ne mettez rien de désobligeant, vulgaire ou irrespectueux et n'insultez pas les autres commentateurs. Merci !