vendredi 7 novembre 2014

Du caca, en recommandé !


Je pourrais commencer ce billet en disant qu'il m'a été "inspiré" par un collègue, mais il pourrait mal le prendre. Malgré tout, l'initiative de cette société est louable et il est indispensable d'en parler, alors...
Il y a quelques temps, je vous racontais l'histoire de cette joggeuse qui, tous les matins, sur son parcours, s'arrêtait devant la maison d'un monsieur et y déposait un petit caca. Rappelez-vous. Elle ne devait vraiment pas l'apprécier.
Y'a forcément quelqu'un que vous n 'aimez pas vous aussi. Votre belle-mère, votre chef, le cousin de Tante Yvette, le président de la République ou encore vous-même, qui sait? Mais je sais que vous n'osez pas aller faire caca devant leur porte (quel dommage). Et bien, ce site est fait pour vous !




Shit express permet d'envoyer des paquets pleins de merde aux gens que vous n'aimez pas. Voilà en bref (et en totalité) ce que propose ce service. Et c'est absolument génial, bien pensé et plein d'avenir.
Vous choisissez votre caca d'animal (que du cheval dispo pour le moment, c'est hyper frustrant), vous donnez une adresse et vous acquittez de 13€ de monnaie virtuelle (Bitcoins) et deux semaines plus tard, votre correspondant recevra ce beau colis que vous aurez, si vous le souhaitez, agrémenté d'un petit mot ...
Bon, il y a quand même une limite concurrentielle à ce service, c'est que rien ne vous empêche d'emballer vos propres excréments dans un colissimo, et de l'adresser de la même façon par la Poste à votre ennemi juré...

mardi 4 novembre 2014

Pluie du Sud

Pensée amicale à mes lecteurs et camarades du Sud de la France, chez qui il pleut comme vache qui pisse.
Petite photo de la dune du Pilat, souvenir de vacances....

posted from Bloggeroid

lundi 3 novembre 2014

Du réseau social (en veux-tu ?)

J'ai entendu l'autre matin, à la radio, qu'une étude tendait à prouver qu'Instagram devenait le réseau social numéro un pour les ados et jeunes adultes, respectivement devant Twitter et Facebook. Justement, Nicolas en parlait lui aussi dans un billet il y a quelques semaines: les réseaux sociaux et leurs dérives. Dans les grandes lignes, j'ai retenu de ce billet que l'ambiance dans les réseaux sociaux se dégradait, et que Twitter, principalement, avait perdu tout ce qu'il pouvait apporter le jour où ses utilisateurs se contentèrent de partager massivement des infos qu'on pouvait trouver ailleurs sans trop se forcer. Twitter n'étant pas un agrégateur de flux, ça fait un moment que j'ai lâché l'affaire...
Parlons-en, justement.
Instagram, qui se révèle donc être le must: j'y détient un compte que j'utilise principalement pour partager deux ou trois clichés, mais surtout pour les retoucher en vitesse et les publier sur Facebook. J'avoue avoir un mal de chien à m'y mettre, mais bon, je suppose que les gens aiment bien regarder des images sur les réseaux sociaux. Bouffe, chatons, travaux publics, on y trouve de tout mais je n'en suis pas utilisateur actif... 
Twitter...: j'aimais bien, au début. Quand on était une communauté. Je me levais le matin avec mes colocs de Twitter, je rentrais le soir et j'y étais comme accoudé au comptoir du bistro, à refaire le monde, partager des flux inédits et des billets de blogs originaux (bien souvent issus de ma blogroll quand même). On se disait simplement bonjour. Et comme l'a noté Nicolas, arriva le moment où les #hashtag sont apparus, les twittos ont commencé à commenter la télé et les sites de presse relayaient leurs flux à travers l'oiseau. Bref, j'ai vite laissé tomber, seules quelques conversations privées apportant encore un peu d'intérêt au truc. Le rythme est devenu fou, on loupait plein de choses qui n'avaient finalement que peu d'intérêt.
Facebook: c'est ringard. Il parait. N'empêche que c'est là que je retrouve mes amis, qu'on y échange le plus d'infos intéressantes et qu'on peut encore discuter sans être largué dans le rythme des flux mis à jour.... J'y publie mes états d'âme, y commente ceux des autres et partage des articles vraiment originaux, pas ceux qu'on lit dans la presse quotidienne. On y rit encore. C'est ringard mais communautaire quand même. L'arrivée d'Ello, clone de Facebook vertueux mais sans plus, n'y changera rien. Seule, la lassitude réussira à voir s'éteindre les comptes des plus anciens utilisateurs. D'abord actifs, puis observateurs et enfin, absents. La vie, la vraie, les rappellera.
C'est d'ailleurs cette même vie qui me prend tant de temps que j'en ai beaucoup (beaucoup) moins à consacrer au blogage en général. C'est aussi un phénomène d'érosion qui touche notre blogosphère...
Et vous, qu'en pensez vous? Votre blog perd de son rythme, bloguer est-il devenu plus une habitude qu'une passion? Quid des réseaux sociaux? Actif ou passif?

posted from Bloggeroid

mardi 21 octobre 2014

Sucer un clown ne rend pas drôle

Depuis plusieurs semaines, des imbéciles se déguisent en clowns et
vont se pavaner, armés de couteaux, lames et autres tronçonneuses,
devant les écoles de nos enfants. A Dix jours de Halloween, ces
événements ne sont pas sans rappeler le film "Il est revenu", adapté
du livre de Stephen King "ça", dans lequel un clown monstrueux sème la
terreur dans une petite ville et enlève des zenfants. Aperçu
brièvement à Valenciennes et Douai, la police prend cette affaire au
sérieux et a d'ailleurs arrêté l'un d'entre eux qui vient d'être
condamné à 6 mois de prison avec sursis. Ce dernier est un exemple,
car il s'agissait juste d'un jeune faisant une mauvaise blague avec un
bâton. Cependant, les autres courent toujours.
Je pense qu'en fait, tout a commencé avec une bande d'idiots voulant
s'amuser et qu'un peu partout ailleurs dans la région, des copycats en
ont profité pour faire de même. La condamnation d'un d'entre eux va
surement apaiser le mouvement. Le risque étant toujours que la
provocation tourne mal et qu'il y ait un blessé...
Personnellement, il n'était pas nécessaire d'armer les clowns pour
qu'ils me fassent déjà peur...

Bon, je devais mettre un lien mais d'où je suis ça marche pas. Un lien
à suivre: http://www.lavoixdunord.fr/region/fini-de-rire-le-faux-clown-douvrinois-condamne-a-6-mois-ia35b54046n2447022