mardi 7 juillet 2015

Et si on reparlait de Lisbonne? C'est bientôt fini, promis !

Le ciel est chargé, la canicule se termine et quelques gouttes arrosent désormais mon gazon fraîchement semé. Ça va faire du bien. Et ne pas pouvoir traîner dehors me permet aussi de m'asseoir derrière mon clavier (ou devant) et continuer de parler de notre escapade portugaise.


Après avoir visité Bélèm, nous voilà sur la place du Commerce. L'endroit rappelle Bordeaux: une place immense bordée de bâtiments, avec vue sur le fleuve. Ici, vous croisez des vendeurs de drogues qui vous abordent pour vous proposer de la plus douce à la plus dure, mais dont vous déclinez l'offre sans souci. A cet endroit, on se pose, on arrête, et on respire le centre ville. Derrière cette place, de nombreuses ruelles commerçantes et restaurants. 


A l'entrée du quartier Chiado/Baixa, impossible de ne pas s'arrête au café Brasileira pour boire un verre en compagnie de la statue de bronze du poète et écrivain Fernando Pessoa.


Pour descendre de là, utilisons l'ascenseur Santa Justa. La légende dit que son concepteur était un disciple d'Eiffel. Or, seule la conception rappelle l'oeuvre de Gustave, l'ascenseur possède une architecture gothique et un style bien lisboète. Ceci dit, l'intérieur est grandiose, on voyage dans le temps le temps d'une descente.



Vu d'en bas, l'édifice est sensationnel ! Du steampunk à l'état pur !


En remontant vers nos quartiers, nous sommes passés devant la conserverie. Devinez ce qu'ils vendent par milliers ! 


Le temps d'aller se doucher et d'avaler un morceau dans une Cantina locale typique, et nous sommes allés nous promener à Alfama pour faire la fête en musique avec les habitants !!!!

lundi 6 juillet 2015

Le Tour de France à Arras

Vous savez que j'aime ma région. 
Si vous le savez.
Je l'ai déjà dit, démontré, prouvé, bordel !

Bah, vous z'avez qu'à me lire.
Bref, je vous informe que ce mercredi, le Tour de France passe à Arras. L'occasion pour toi, lecteur, de découvrir ma ville et ma région: Arras, la Citadelle et les places, avec un passage obligé par Vimy et ses monuments d'Histoire. Regardez le à la télé, enregistrez le sur votre vieux magnétoscope s'il le faut, et vous m'en direz des nouvelles. L'étape Arras-Amiens vous permettra de découvrir mon coin. Celle-ci fait une boucle autour du territoire où je crèche. Ne loupez pas ça.

Bon, perso, j'aime pas trop le vélo, mais les images montrées lors de cette compétition valent le coup d’œil, partout en France. 
Par contre, je m'insurge régulièrement sur la raison pour laquelle ils font des étapes à l'étranger. D'ici qu'on fasse le Tour de France par l'extérieur...

dimanche 5 juillet 2015

Sortie Rallye

Quand j'étais plus jeune, j'adorais jouer sur ma console à Colin McRae Rally. LE jeu de voiture par excellence où on ne tourne pas constamment en rond, où cascades, boue, vitesse et accident font partie du quotidien et du spectacle. Et en tant que spectateur, aller voir un rallye, c'est aussi espérer l'accident, il faut le dire.
Le temps était venu pour, qu'en compagnie d'un collègue et ami, nous allions voir le Rallye du Ternois. Cette compétition est loin de l'intensité du championnat du monde, et rares sont les voitures engagées qui peuvent prétendre faire un jour de la WRC. Mais c'est toujours sympa de se placer dans un virage en épingle pour voir passer ces véhicules surboostés.
La course commence par les VHC, dont j'ai pris quelques photos:





Puis passent les leaders de cette session, des bolides poussés à fond dans la conduite révèle expérience et maîtrise.



Et après une heure de passages, toutes les 20 secondes en moyenne, arriva le drame: un petit duo de jeunes dont c'était le premier rallye. Après un freinage hasardeux, c'est à ma hauteur que s'est envolée leur 106 pour effectuer un tonneau et atterrir sur le toit. Heureusement, plus de peur que de mal. Espérons qu'ils en veuillent encore et qu'on les retrouvera bientôt sur une autre course !



jeudi 2 juillet 2015

Le quartier de Bélém, une terre de Découvreurs à... découvrir !

Vingt neuf degrés ici dans le Pas de Calais, et déjà des orages. Ça n'arrive pas à Lisbonne, habituée à ces températures. Le ciel y est clément. La transition toute trouvée pour revenir sur mon séjour. Au deuxième jour, nous sommes donc partis vers le quartier excentré de Bélém. Direction la gare de bus en bas de notre gîte, sur les conseils de notre hôtesse.
Nous avons profité de la validité de notre pass 24H pour monter dans le car, qui nous a ramené directement devant...

Le Palais de Port Real?
... Le monastère Dos Jeronimos, où gît la dépouille de Vasco de Gama, le navigateur.


Le monument est absolument magnifique, impressionnant, et j'userai de tous les superlatifs pour décrire sa splendeur. Sculptures détaillées, imposante bâtisse. Surement l'immanquable de Lisbonne, à tous points de vue !


Concentration de trois musées, il faudra s'armer de patience pour le visiter. Et ensuite, traverser l'esplanade vers le monument des découvreurs.


En tête de proue de ce navire de pierre, Henri le navigateur. L'homme qui représente les heures de gloire du Portugal, principal financier des expéditions vers les Indes (merci à Elie Arié pour l'info).
Nous avons passé bien du temps à Bélém, tant le quartier regorge de sites à découvrir. En bons marcheurs, nous sommes ensuite allé voir la Tour de Bélém, ancienne douane maritime et accessoirement, petite prison, désormais haut lieu touristique.
J'ai particulièrement apprécié que la ville dispose dans le parc adjacent des panneaux explicatifs racontant l'histoire de cette tour. Evidemment, en anglais et portugais.

Panorama de la Tour de Bélèm
Mince, déjà 11h30 ! Je n'ai pas faim. Et pourtant, avant de quitter le quartier, nous DEVONS nous arrêter dans cette pâtisserie où tout le monde fait la queue: Pasteis de Bélém. LA pâtisserie portugaise par excellence. 


Et là je vais vous inviter à aller voir mon blog culinaire pour que je vous explique mon ressenti sur ces gâteaux...