vendredi 17 avril 2009

Evangile selon Saint Homer


Inspiré par M. Poireau et la question philosophique, me voici qui me lance dans quelques versets parodiques de l'Evangile selon St Homer...
De récentes fouilles près de la Mer Noire ont mis à jour un tombeau que personne n'imaginait. C'est en sautant sur une mine posée là qu'un jeune palestinien découvrit, en échange de sa jambe arrachée, un vieux temple délabré aux odeurs de soufre et de salpêtre. Hurlant à la mort, il appela la milice israélienne qui se pointa victorieuse et sabra la champagne. Ce fut au tour de l'archéologue roumain Vasila Creuztontrou de descendre dans la tombe et d'explorer les artefacts laissés là. Il relata avoir été surpris par l'ampleur du cercueil, et devina aux restes humains laissés là que l'infortuné, enterré là de son vivant (!) devait peser plus de 230 kilos, être chauve ou presque, et aimer la bière Duff. En mémoire de cet homme, martyr de son époque, il le nomma St Homer. D'autres éléments attirèrent son attention: un recueil de coloriage qu'il mit de côté pour ses enfants, ainsi qu'un manuscrit poussiéreux écrit en une langue morte: l'araméen. De longues recherches de traduction, appuyées par les récentes découvertes de Mel Gibson sur le Christ, permirent de comprendre, au grand étonnement du Vatican lui-même, que le récit mal orthographié sur ce parchemin presque détruit, racontait simplement la jeunesse de Jésus Christ Notre Sauveur du Père du Fils et du reste aussi Amen! Une interview récente du professeur Creuztontrou, avant sa mort mystérieuse par crucifixion, lui permit de dévoiler, à la face du monde, l'évangile selon Saint Homer... voici son histoire.

Épître de Homer aux Corinthiens

A peine Jésus était-il né, qu'il causa de nombreux torts à ses parents. Déjà, la tension entre Joseph et Marie était forte, car ce dernier ne comprenait pas qu'on puisse accoucher d'un chiard en étant soi-disant vierge, et mettre ça sur le dos du Saint-Esprit. Pour lui, il était clair qu'il y avait tromperie sur la marchandise, au point qu'il en avait abattu l'âne qui réchauffait l'étable où il avait été obligé d'aller pour mettre le Christ au monde, faute d'assurance maladie convenable. Et en plus, voilà qu'à l'heure où le bébé arrive, trois gonzagues se pointent avec un parfum qui pue, du plaqué or et un vieux baton d'encens à moitié consummé. Tu parles de cadeaux, ils auraient pu amener des fringues pour le gamin ou un doudou ! Après avoir renvoyé ces trois types d'où ils venaient, Joseph décida de se montrer plus prudent vis-à-vis de sa femme, qui n'était pas sa femme car encore vierge.
C'est pas qu'elle était pas jolie, mais Madame avait des principes. Prenant son mal en patience, Joseph était loin d'imaginer ce qui allait se passer. Il avait du mal à avaler la pilule. En parlant d'avaler, euh... l'histoire ne dit pas si Joseph et Marie eurent de nombreux rapports sexuels - contrairement à Jésus le chaud lapin, comme on verra plus tard, mais Joseph ne fit jamais totalement confiance à sa moitié. La morale de ce premier épître, amis Corinthiens, c'est "N'aie confiance en personne". Note ça sur ta main.

6 commentaires:

  1. Voilà un billet qui me met de bonne humeur !

    RépondreSupprimer
  2. J'adhère, trop bien, je te félicite, c'est tout à fait comme cela que cela c'est passé, ami non croyants si vous ne voulez lire la bible commencez par l'évangile de St HOMER pour sûr! (mdr)

    RépondreSupprimer
  3. L'évangile selon St Homer me plait beaucoup.
    Attention car Ned Flanders n'approuve pas ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Jesus avait des frères, du moins c'est ce qu'on dit… Le billet qu'il fallait pour commencer la journée en joie!

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

Hop, on met un p'tit mot pour suivre le débat ou encourager le mec qui passe son temps à taper ces lignes, mais surtout: on s'identifie ! Ici ne sera plus accepté de commentaire anonyme, alors la moindre des choses est de se trouver un pseudo rigolo.
Ne mettez rien de désobligeant, vulgaire ou irrespectueux et n'insultez pas les autres commentateurs. Merci !