dimanche 30 août 2015

La carrière Wellington

En ce moment j'ai particulièrement envie de vous faire découvrir le patrimoine de ma région. Alors j'en profite aussi pour faire ce que je n'ai pas encore eu l'occasion de faire, à savoir visiter la carrière Wellington, à Arras. Cette carrière de craie se situe vingt mètres sous la ville, et recèle en son sein une page importante de l'Histoire. Ce faut un des haut-lieux stratégiques de la bataille d'Arras, pendant la première Guerre Mondiale.




Je ne vais pas, en ce billet, vous révéler le contenu de la visite. Sachez juste que dans les tunnels qui parcourent le sous-sol arrageois, entre deux carrières de craie, se déploie un réseau de galeries qui abrita 24 000 soldats du Commonwealth, qui en sortirent le 9 avril 1917 pour une bataille épique et mémorable. 

La visite des galeries, guidée, et interactive, est émouvante, autant qu’impressionnante. Là, à 20 mètres sous la route d'une ville actuelle, se terraient des hommes courageux, qui y vivaient dans des conditions spartiates mais organisées. Nous étions là, où eux avaient été, dans une ambiance fantastique. Plus qu'un musée, ce mémorial est un must-see de la ville.

Cet escalier remonte à la surface, et a été emprunté par des milliers de soldats qui combattaient pour un idéal de paix
Au sortir de la carrière, après avoir visité l'exposition permanente montrant des objets vieux de cent ans, je n'avais qu'une envie, celle de partager mes impressions avec mes lecteurs. A l'occasion, j'espère que certains d'entre vous se diront que finalement, il y a des choses à faire, à voir, à apprendre dans le Pas-de-Calais, et que je vous y verrais un jour en vacances, qui sait?
Le Sud-Est d'Arras est un secteur marqué par la Grande Guerre, de nombreux villages furent détruits, il y subsiste néanmoins un riche patrimoine de cette époque. Nos amis britanniques ne s'y trompent pas et viennent nombreux en pèlerinage. 

5 commentaires:

  1. j'ai visité les souterrains de Vimy y a bien longtemps (j'étais tout gamin) en présence de survivants canadiens revenus exprès en France pour un retour de mémoire avec leur famille
    je peux te dire que le guide officiel se faisait tout petit et laisser parler le gars de son vécu et de ses peurs
    un souvenir inoubliable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pan sur les doigts: laissAIT parler

      Supprimer
  2. et du côté de Lille , il y avait aussi des souterrains taillés dans la craie (encore plus anciens) dont on disait qu'ils reliaient les abbayes entre elle jusqu'à Anvers
    des gamins s'y perdaient régulièrement , et pas qu'eux
    en les recherchant on a trouve des soldates espagnols du 16 ème avec casques et hallebardes
    à mon époque c'étaient devenu des champignonnières
    maintenant je ne sais pas

    RépondreSupprimer
  3. et Pierre Nord (ancien agent secret des FFI) raconte dans un des ses romans un épisode de la guerre où les souterrains arrageois servent de planque aux résistants
    les allemands ne les prennent pas car ils ignoraient qu'il y avait deux niveaux de souterrains

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour tous ces commentaires. Tu es toujours le bienvenu dans la région, n'hésite pas à me faire signe qu'on partage une mousse. La guerre a marqué la région, Arras était une ville martyre. Actuellement et jusque fin novembre, une exposition à l'Hotel de Ville retrace cette sombre période.

    RépondreSupprimer

Hop, on met un p'tit mot pour suivre le débat ou encourager le mec qui passe son temps à taper ces lignes, mais surtout: on s'identifie ! Ici ne sera plus accepté de commentaire anonyme, alors la moindre des choses est de se trouver un pseudo rigolo.
Ne mettez rien de désobligeant, vulgaire ou irrespectueux et n'insultez pas les autres commentateurs. Merci !